Pour Julian Assange et pour nous…

À Viktor Dedaj

Nous nous sommes rencontrés au « Lieu-Dit » pour la réunion du « Comité de soutien Assange ».

Comme je vous l’ai dit, je vous lis régulièrement, en plein accord de fond sur les positions que vous prenez et avec gratitude pour le travail considérable que vous abattez.
J’ai été heureux de vous voir et vous entendre, ainsi que les autres membres de la table ronde, que je suivrai désormais, particulièrement Laurent Dauré et Meriem Laribi.

class=


Merci donc à vous tous.

Puissance historique de l’après Assange 

Quant à la question que j’ai posée hier sur « l’après Assange », la réponse de fond à laquelle je parviens est : « Porter le flambeau ».


La sympathie manifestée hier pour cet homme qui souffre ne doit pas faire oublier la puissance historique de ce qu’il inspire.
Citoyens actifs, journalistes d’investigation, médias alternatifs et, parfois, manifestations collectives de la presse institutionnelle, se multiplient depuis 2010.

Cela ne suffira sans doute pas pour sortir Julian Assange (en vie et entier) de son Guantánamo britannique mais, comme vous le faites en protestant contre son martyre et en tentant de le sauver, avec lui et tous ceux qui font la lumière sur les mensonges inhumains, vous tenez haut le flambeau des vérités humaines, celles qui sont bonnes et donc nécessaires au vivre ensemble.

Mensonges ambiants = menteurs actifs + sans-opinion

De telles vérités mettent à mal les mensonges ambiants.

Elles sont alors combattues par ceux qui commettent activement ces mensonges et par la cohorte de ceux qui en dépendent. Cette collusion active tisse autour d’eux un lourd nuage de respectabilités factices.

Mais, plus important peut-être, il y a tous les autres, le public « passif » de ceux qui cherchent seulement, pour eux et pour les leurs, à bien vivre. Tâche exigeante pour nombre d’entre nous (dont je suis), elle oblige à se concentrer sur ce qui est en « notre » pouvoir et donc à s’accommoder de mensonges, même grossiers (et ils sont nombreux) que l’on traite comme « coutumiers ».

Cela fait de nous « l’opinion publique », soit en vérité la masse des sans-opinion que manipulent les menteurs actifs.

Murmurations d’oiseaux et manipulation des mouvements collectifs

Nous nous faisons ainsi les jouets de mouvements collectifs qui nous échappent. On l’observe dans les murmurations d’oiseaux…

… les grandes migrations animales et les bans de poissons…
Des prédateurs sont toujours aux aguets pour prélever quelques proies, sans souci de ce qu’ils provoquent.

Des mensonges médiatisés pour la guerre

Julian Assange a observé que « presque chaque guerre des 50 dernières années a été le résultat de mensonges médiatisés ».
J’appelle « inhumains » les mensonges qui contribuent à la guerre perpétuelle que nous subissons (dont la présente guerre d’Ukraine), et ne lui vois d’autre réponse possible que la quête incessante des vérités que j’appelle « humaines » parce qu’elles contribuent à un bien vivre ensemble durable et pour tous.

Il nous revient d’en être dignes.

___

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *